mardi 10 juillet 2018

Swimrun Engadin : histoire d'une accolade


L'histoire commence un jeudi de juillet de 2016 : je suis au lac de Come pour déposer les enfants en vacances chez mes parents, Anna m'appelle et me demande si je veux remplacer Morgane, qui vient de faire une mauvaise chute en vélo, sur le swimrun Otillo à Engadine trois jours après....
Je n'ai jamais fait de swimrun, je n'ai pas de matériel, mais c'est très tentant: je dis oui toute de suite. Je fais confiance à mon endurance.

Le dimanche, je découvre la plus belle course : 6 km de natation dans des lacs alpins à l'eau cristalline (mais un peu fraiche), entrecoupés par de portions (plus de 40 km) de trail (1600 D+) sur les sentiers des alpes suisses. Le tout encadré par l'exceptionnel staff de Otillo, les sympathiques bénévoles locaux, les touristes qui incitent avec des "Hop, hop" les 300 fous qui courent en combinaison neoprene.
Une course avec des moments difficiles: un coup de chaleur pour Anne, l'eau froide, les descentes techniques, mais aussi et surtout la tete pleine d'images inoubliables (à chaque respiration en natation, on voit les montagnes enneigées...) et la découverte d'une épreuve en binôme qui me rappelle mes lointains souvenirs du sport en équipe.

C'était le début de ma passion pour le swimrun.

Quelques semaines après, je propose à Djedjiga de faire la course avec moi l'année suivante: en juillet 2017, on part avec Xavier et Marco (la meme team de Scilly) : à nouveau, une course extraordinaire avec cette fois-ci, un orage qui nous surprend dans la foret, les douleurs au genou pour Djedjiga, le froid, mais aussi mon papa qui nous accueille avec un énorme drapeau, le partage et encore la montagne, majestueuse et sublime.

Pour 2018, je propose à ma petite cousine, adepte de challenges fous, de courir avec moi: malheureusement elle se blesse 10 jours avant: je pense naturellement à Morgane, qui m'avait donné sa place en 2016, pour la remplacer.
Morgane c'est une super jeune maman qui, 10 mois après avoir accouché, a bouclé le marathon de sable avec son mari et dernièrement a terminé l'Openswimstar (10 km de natation en eau libre) : je n'ai pas de doutes sur sa capacité à se surpasser, meme s'il lui manque un entrainement spécifique en swimrun et en trail.
Elle accepte sans hesiter, nous voilà donc parties avec Géo et Stéphane.

Les conditions sont parfaites: pas de grosse chaleur comme en 2016, pas d'orage comme en 2017. Je commence aussi à connaitre le parcours, je peux donc briefer mes copains sur ses difficultés (et ses beautés).
Notre stratégie est simple : je me mets devant en natation pour faire reposer (un peu) Morgane et elle se met devant en course à pied pour qu'on se cale sur son rythme.
Tout se passe bien jusqu'à l'enchainement de 2 natations assez longues : Morgane commence à avoir froid et le souffle est court à cause de l'altitude. Elle s'accroche et elle relance meme à chaque portion "courable" : je l'encourage comme je peux, mais parfois le silence et un regard vaulent mieux que quelques mots.
On passe les cut off sans problèmes : il nous attend une longue natation (1,4 km), avec le vent contraire. Je me dis qu'il faut sortir Morgane de l'eau le plus vite possible : je pousse sur mes plaquettes, j'optimise la trajectoire. On arrive de l'autre coté du lac, Morgane est en hypothermie : un bénévole lui met un manteau, je sais de son regard qu'elle ne veut pas abandoner, mais je ne sais pas comment elle a pu repartir....
Il nous attend une boucle de 8 km avec une belle côte : parfait pour se réchauffer, mais longue et pénible à redescendre. Morgane va mieux au fur et à mesure de l'ascension, on arrive meme à rigoler et à se faire des confiances...Il nous reste plus qu'une dernière natation (cette fois-ci, le vent nous pousse) et 2 km de course à pied pour franchir cette ligne et se prendre dans les bras, après 8h37 de périple.
La boucle est bouclée : il ne reste plus à Morgane et à Anne de revenir ici ensemble (si elles arrivent à synchroniser leurs grossesses !).

Merci Anne, Djedjiga et Morgane : j'admire votre force mentale qui dépasse toute difficulté et toute douleur. Et surtout merci de m'avoir fait confiance...
A qui l'année prochaine ?

     

Je termine ainsi une semaine bien chargée (en émotions et en entrainement) : cette semaine, ça sera yoga et un peu de natation, pas plus !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire